23 MES (Mécanisme Européen de Stabilité)

Langue de bois.

Ne l’avale pas surtout

Ana, sans oser l’exprimer jusqu’ici, j’ai toujours voulu te dire que tu est une reine de l’humour, je rigole à chaque trait saillant contre tous tes A. Saillant !

Bravo, la langue de bois de Sandy, en effet, un peu de charité tout de même, si il essaie de l’avaler, c’est la mort par asphyxie :slight_smile:

Toujours en cours : Pétition pour un référendum sur le Pacte Budgétaire :

http://etienne.chouard.free.fr/Europe/forum/index.php?2012/02/12/192-referendum-sur-le-pacte-budgetaire-et-mes-petitions-et-informations

Il t’en faut peu pour rigoler. Ma réponse langue de bois s’adressait évidemment à Lanredec.

Il vaudrait mieux l’adresser aux candidats.

( sauf le tien :slight_smile: )

Je reviens à la question :
Comment faire en sorte qu’un maximum de citoyens soient au courant ?

Je reviens à la question : Comment faire en sorte qu'un maximum de citoyens soient au courant ?
En parler, en parler ... et en parler. Mais je ne suis pas sûr que
la démocratie suivra
Tant qu'on informera, celui qu'on informe est passif. Seul celui qui s'informe est actif. Et la démocratie n'existe que si tous les citoyens sont actifs. Dans notre civilisation le rôle des médias est de saturer la masse d'informations qui ne lui laissent pas le loisir de s'informer, ni même de trier. J'ai bien peur que l'idée même de Démocratie soit menacée. Voire celle de Politique (politeia).
s'adressait évidemment à Lanredec.
L'[i]ad hominem[/i] ne dévalorise les arguments que de celui qui l'emploie.
J'appelle un chat un chat. Je fais un message de plusieurs paragraphes tu réponds par une petite esquive c'est typiquement de la langue de bois. Un procédé rhétorique malhonnète qui va bien à ton personnage, ultra libérale, anti démocrate et anti patriotique.
malhonnète qui va bien à ton personnage
"L'ad hominem ne dévalorise les arguments que de celui qui l'emploie" peut s'interpréter "l'usage de l'insulte est la preuve qu'on a tort".

Avez vous une réponse à la question d’Ana ?

J’ai écrit à LCP pour leur signaler l’enfumage … dont ils sont victimes :wink:

Liens pour MES ( certains déjà ici mais tout sous la main c’est mieux )

Version française : http://www.les-crises.fr/mes-3/

wikipedia : http://fr.wikipedia.org/wiki/Mécanisme_européen_de_stabilité

pétition : http://www.petitions24.net/pactebudgetaire

pétition : http://www.petitionpublique.fr/PeticaoAssinar.aspx?pi=MES2012

version anglaise : http://www.european-council.europa.eu/media/579087/treaty.pdf

Version anglaise : http://www.euroconstitution.org/forum/viewtopic.php?f=211&t=1629

Version française : http://www.haoui.net/newsletter/2011/octobre18/exclusivite/MES.pdf

.

Le Mécanisme européen de stabilité (MES) est le dispositif permanent de gestion des crises. Un fonds permanent de renflouement de l’euro doté de pouvoirs exorbitants
Les élites européennes sont prêtes à nous endetter à 77% pour sauver l’UE. Tout le système financier peut basculer en quelques jours.
Fillon a déclaré qu’il faut « une gouvernance économique européenne », ce qui veut dire que des technocrates financiers, non élus, auront le pouvoir des choix économique des pays
Ils sont prêts à endetter les peuples pour sauver les banques. L’union européenne s’apprête à faire passer le « mécanisme européen de stabilité » : M.E.S, l’Union des dettes, dans l’ignorance des peuples et sans qu’ils aient leur mot à dire. Les oligarchies veulent à tout prix le finaliser, le mettre en œuvre, et ceci sans retour possible.
Le 11 juillet 2011 le traité était signé. Le lendemain aucuns journaux Français ou étrangers ne titraient sur cette signature. La traduction de ce texte en français date du 15 octobre 2011
Ce traité deviendra définitif, lorsque les Parlements des 17 pays de la zone euro l’auront ratifié. Le MES est le nouveau dictateur européen. Il peut simplement exiger des pays de la zone euro de payer des milliards d’euros sous 7 jours.
Le « MES » est créé sous clause de DUREE ILLIMITEE et un Etat signataire n’a aucune possibilité de sortir du processus. Nous appartiendrons à jamais aux Banques, inconditionnellement et irrévocablement, nous serons les garants et cautions des dettes auprès des banques, lesquelles ont un intérêt majeur à ce que cet endettement ne prenne jamais fin.
Le MES contrôle sur tous les budgets des Etats membres, toute imposition et taxation, droits de douane et TVA acquittés doivent lui être « restitués »….
La bureaucratie Bruxelloise arrive à adapter les traités à toute vitesse pour effectuer ce coup d’état dans 17 pays simultanément
LE MES NOUS MET EN ESCLAVAGE POUR 4.000 MILLIARDS. Ad vitam æternam
4000 milliards d’euros, serons nécessaire pour sauver les banques européennes. Et c’est nous tous qui allons payer. Le mécanisme va nous mettre en esclavage absolu par la dette, l’UE a créé un traité hors la loi, AVEC IMMUNITE DIPLOMATIQUE, Si le MES passe, nous sommes tous mort économiquement. C’est une dictature au seul bénéfice du Cartel.

Non nous ne sommes pas mort! Nous savons jardiner, construire , fabriquer, soigner, transmette. Que l’économie et les états crevent, ils ont toujours été là pour notre malheur .

Non nous ne sommes pas mort! Nous savons jardiner, construire , fabriquer, soigner, transmette. Que l'économie et les états crevent, ils ont toujours été là pour notre malheur .
La voie de la création citoyenne, création d'outils de vie gérés en démocratie directe hors toute hiérarchie, cette voie est possible, voire royale, quoique difficile à impulser tant les habitudes mentales sont profondément gravées dans le sillon de la répétition. ((( C'est en ce sens que le local est essentiel )))

Je serais moins violente quant au verbe : je préfère : abandonner une coquille vide à ceux qui la désirent d’amour compulsif.

Ça me rappel quelque chose. Ma grand mère, la bonne jeanne, avait l’habitude, quand elle avait des lapins malades, de les libérer pour qu’ils trouvent eux memes les bonnes herbes pour se soigner. On ne les retrouvaient pas toujours tous et des fois les portées etaient croisés garenne. Pardon pour l’anecdote personnel.

Louis Pergaud aurait apprécié :slight_smile:

[align=center]Assemblée Nationale, 126 rue de l’Université, 75355 Paris 07 SP[/align]

Madame, Monsieur le Député,

L’ordre du jour de la séance du 21 février de l’Assemblée nationale comporte présentation et vote sur deux projets d’une importance majeure. Il s’agit du projet portant ratification du traité établissant un Mécanisme européen de stabilité (MES) et du projet portant ratification de la décision du Conseil européen de modifier l’article 136 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne.

Ce Pacte, ou Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance au sein de l’Union économique et monétaire, oblige les Etats signataires à introduire dans leur droit national le principe d’équilibre budgétaire (règle d’or) et les soumet encore davantage aux recommandations de la Commission européenne. Sans préjuger ici du caractère bon ou mauvais des dispositions inscrites dans le Traité, nous exigeons cependant d’être directement consultés quant à l’opportunité d’un tel transfert de souveraineté (et ce, avant toute réforme de notre Constitution).

En effet, la France, en signant ce Traité, entend transférer une large part de sa souveraineté aux institutions européennes, et ce au détriment des dispositions de l’article de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen qui pose le principe de la souveraineté nationale : « Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément ».

Plusieurs traités européens ont déjà dépossédé les citoyens de la possibilité de choisir les orientations qu’ils entendent donner à l’union des peuples d’Europe. Le traité créant le MES comme son jumeau baptisé Pacte budgétaire vont dans le même sens.

De plus, la création du MES se fait dans le cadre d’une procédure qui n’autorise pas un tel accroissement des compétences de l’Union. C’est au prix d’une illégalité que cette création risque de se faire.

Je suis particulièrement soucieux de l’attitude que vous allez adopter à l’égard des deux textes qui vont vous être soumis. J’espère que vous ne cautionnerez pas un nouveau déni de démocratie. S’il devait pourtant en être ainsi et si d’aventure vous avez l’intention de solliciter mon suffrage en juin, je ne manquerais pas de combattre votre candidature et de rappeler votre choix.

Si, par contre vous vous opposez à ces deux projets, je serai particulièrement attentif à la suite cohérente qu’il vous appartiendra de donner à votre vote en vous associant à l’indispensable saisine du Conseil constitutionnel que réclament des textes qui violent l’esprit et la lettre de notre Constitution.

Dans l’espoir que vous ne foulerez pas aux pieds les principes fondamentaux de l’idéal démocratique, je vous assure, Madame, Monsieur le Député, de ma vigilance citoyenne.

Merci Gilles :slight_smile:

Pour les non avertis, sachez que vous pouvez trouver la liste des député-e-s, par départements, avec leur Email, ici :
=> http://www.cyberacteurs.org/institutions/index.php

J’ai également mis en ligne un texte prêt-à-envoyer pour faciliter la tâche aux gens : https://docs.google.com/document/d/1b2DjrUl2bbFoVpCB9ZXjSlaOIANfeR-aKZmBYDiQIhw/edit

Madame la Députée, [i]ou [/i]Monsieur le Député,

Comme des millions de personnes dans toute l’Europe, je m’inquiète des dérives autoritaires, des politiques d’austérité et de la casse systématique des services publics qui sont mises en œuvre, sous prétexte d’une dette dont la légitimité n’est d’ailleurs toujours pas questionnée. Nous voyons bien la réalité des conséquences de ces politiques en Grèce, où un véritable pillage du pays a lieu sans parler des souffrances qui sont imposées à son peuple. Je ne développerai pas cette situation tragique que vous connaissez.

Je vous écris pour vous demander de refuser fermement la ratification du traité européen instituant le M.E.S. (mécanisme européen de stabilité) sur lequel vous devrez vous prononcer le 21 février.
Ce mécanisme est un véritable déni de démocratie et entraine l’Europe sur la pente de tous les abus, pour ne pas dire du totalitarisme. La dette est instrumentalisée pour graver dans le marbre une discipline budgétaire qui conduira à imposer à tous, indifféremment des conséquences humanitaires et écologiques, et au seul profit des « investisseurs », le fondement idéologique des ultra-libéraux qui dominent à la Commission ; à savoir le désengagement des États, les privatisations, le démantèlement de tout l’édifice social qui faisait des nos pays des sociétés avancées.
Le MES donne, dans la plus grande opacité, des pouvoirs exorbitants aux gouverneurs. Le silence qui entoure ce traité le rend suspect, ainsi que la volonté de le faire ratifier en force, à la hussarde. Des décisions de cet ordre méritent réflexion et consultation populaire, car c’est tout notre avenir qui est concerné.
Ce MES donne des chèques en blanc à des personnes désignées : le fait que les gouverneurs de cette institution soient les ministres des finances des États de la zone ne représente en rien une garantie. Ils sont désignés et non élus, et ils passent…

Aucun veto, ni aucune autorité des parlements nationaux ne sont prévus. De plus, les personnels de cette institution, comprenant les gouverneurs eux-mêmes, jouiront d’une immunité totale leur permettant d’échapper à toute poursuite judiciaire. Ils n’auront de compte à rendre à personne.
Le manque de transparence est aussi extraordinaire. Les documents sont « inviolables », et ne seront rendus publics que si le Conseil des gouverneurs le souhaite.
Pouvoir total d’un côté, immunité totale de l’autre : est-ce cela la démocratie ? Peut on faire confiance à un tel mécanisme ?
Peut-on engager l’avenir de l’Europe sur les décisions de quelques individus qui peuvent tout faire en toute impunité?
Il est aussi effarant de noter que la contribution réclamée aux États signataires dans un délai de sept jours n’est pas plafonnée et peut donc augmenter de façon illimitée sur décision du Conseil des gouverneurs, sans que les États puissent s’y opposer. Négation des compétences fiscales et budgétaires des parlements nationaux, déni des principes de base de la démocratie, impossibilité d’opposer un veto, immunité judiciaire totale, opacité des documents…
Voilà ce qu’est le MES, voilà pourquoi je vous demande, au nom de la démocratie, si ce terme a encore un sens, de rejeter ce texte.

Cordialement.

signature et adresse personnelle


Pourvu que ce traité ne soit pas accepté ! :confused:

J’ai été séduit par le modèle de lettre de Gilles, au point de l’avoir envoyé par courriel à M. Jean-Michel FOURGOUS (jmfourgous@assemblee-nationale.fr), maire d’Élancourt, député de la 11e circonscription du département des Yvelines, le vendredi 17 février 2012 dernier (copie à M. Hervé LE MEUR, son chef de cabinet, Herve.LEMEUR@ville-elancourt.fr).

J’ai reçu ce même 17 février la réponse suivante de M. Le Meur :
« Bonjour Monsieur,
Nous transmettons à M. FOURGOUS votre courriel (très solennel).
Je n’ai pas compris exactement qui est le « nous »… C’est un pluriel de majesté ?
Vous habitez la 11ème Circonscription ?
Cordialement.
Hervé LE MEUR
Directeur de Cabinet de Jean-Michel FOURGOUS
Député-Maire d’Elancourt (78)
 »

Ma réponse du lundi 20 février :
« Bonjour Monsieur,
Le « nous » représente « nous », pluriel de citoyenneté, partisans et opposants au traité, l’ensemble des citoyens de ce pays qui considéront devoir être consultés quant à l’opportunité d’un tel transfert de souveraineté. De nombreux forums sur Internet font en effet état d’un nombre non négligeable de citoyens réclamant une telle consultation. Si les lois sont votées par la seule représentation nationale, une loi de réforme constitutionnelle, supérieure en droit à une loi ordinaire ou même à une loi organique, vaut bien d’être soumise non seulement à la représentation nationale, mais également à la souveraineté nationale.
J’habite en effet la 11e circonscription.
Sincères salutations,
N. Hugot.
 »

Enfin, réponse cloturant la discussion :
« Merci, Monsieur.
Bonne soirée.
Hervé LE MEUR
Directeur de Cabinet de Jean-Michel FOURGOUS
Député-Maire d’Elancourt (78)
 »

Gilles, maintenant que le texte a été voté à l’Assemblée nationale dans l’indifférence générale (tout du moins à la radio : RTL, Europe 1…), seriez-vous en mesure de rédiger une autre lettre (de demande de justification de vote, par exemple), à envoyer à nouveau à nos députés respectifs ?