Vote sur l'atelier "Croustituant" résilience alimentaire avec Alexandre Boisson

Suite au Jeudi Chouard n°3 le 14 juillet 2022 avec Alexandre Boisson (SOS Maires, Brigades DICRIM…) vous pouvez voter les propositions constitutionnelles et débattre ci-dessous.

Voir l’émission :

Voter :

Toute commune doit élaborer et tenir à jour un état des lieux de la résilience alimentaire locale et d’accès à l’eau potable, soumis au vote, consultable par tout citoyen.

  • Pour
  • Contre
  • Blanc
  • Flou

0 votant

Instaurer des points de contrôle de la résilience au niveau de chaque territoire et prévoir des pénalisations.

  • Pour
  • Contre
  • Blanc
  • Flou

0 votant

L’accès à la terre, à l’eau, l’instruction et la santé sont protégés par la constitution.

  • Pour
  • Contre
  • Blanc
  • Flou

0 votant

Chaque citoyen dès sa naissance a le droit à un minimum de terre agricole pour cultiver.

  • Pour
  • Contre
  • Blanc
  • Flou

0 votant

Ce sont les citoyens qui décident, et pas les représentants.

  • Pour
  • Contre
  • Blanc
  • Flou

0 votant

Rendre des maraîchers fonctionnaires (avec un nouveau service public qui encadre le maraîchage à l’échelle locale).

  • Pour
  • Contre
  • Blanc
  • Flou

0 votant

La spéculation financière des matières premières est interdite.

  • Pour
  • Contre
  • Blanc
  • Flou

0 votant

Liberté de créer des monnaies libres locales (indépendantes de l’euro).

  • Pour
  • Contre
  • Blanc
  • Flou

0 votant

Alimenter les cantines scolaires (et tous les services de restauration gérés par la collectivité) avec des producteurs locaux.

  • Pour
  • Contre
  • Blanc
  • Flou

0 votant

Instaurer le RIC abrogatif, notamment afin de supprimer les lois qui freinent l’autonomie des citoyens (impôts sur les bâtiments légers, freins à obtention de terrains agricoles).

  • Pour
  • Contre
  • Blanc
  • Flou

0 votant

RIC en toutes matières.

  • Pour
  • Contre
  • Blanc
  • Flou

0 votant

2 « J'aime »

Sujet indispensable et prioritaire d’après mon point de vue, merci de l’avoir abordé aussi tôt. J’ai pas encore eu le temps de tout écouter mais je le ferais. (Les formats sont plus que long, je sais pas si c’est bien ou pas, mais c’est mieux que l’inverse).

1 « J'aime »

Lorsque nous aurons passé le cadre du concept, et que nous serons vraiment en économie de guerre comme l’a annoncée notre cher président, ce sera vraiment le chacun pour soi qui va primer.
Les tickets de rationnements ne sont-ils pas déjà imprimés ?
Il n’y a pas encore de besoin identifié, et le déni semble être la meilleure manière de protéger notre cerveau d’un autodestruction par la peur.
Comme disait le gars qui a sauté du 20ème étage, et à chaque étage qu’il passe : jusque là, tout va bien !!
Dans l’ordre des priorités, et avant de pouvoir manger, il faudrait boire de l’eau potable.
Nous polluons les eaux depuis des décennies par nos déchets, rejets, produits chimiques agricoles divers, et cela ne nous pose pas plus de problème que cela. Alors, la résilience alimentaire…
C’est de la folie, et la folie selon Einstein, c’est de faire toujours la même chose, et de s’attendre à un résultat différent.
C’est sans doute pessimiste, mais un pessimiste est un optimiste qui a de l’expérience.

2 « J'aime »

Au sujet de la spéculation, je trouve normal que le prix de la moutarde augmente. Cela oriente les consommateurs vers d’autres condiments, et cela n’empêche pas ceux qui en ont vraiment envie d’en acheter.

Je préfère la spéculation financière à son alternative, qui est de rationner les produits dont l’offre est insuffisante. Le rationnement incite les consommateurs qui n’ont pas très envie d’un produit, à le prendre quand même puisque l’attention est attirée sur ce produit. Le rationnement empêche ceux qui en ont vraiment envie d’en prendre en grande quantité, par exemple pour un fabricant de vinaigrette ou de médicaments à base de moutarde.

Par contre, il est évident qu’il faudrait interdire les ventes à découvert et le trading à haute fréquence.

J’ai malencontreusement effacé ce message que je republie en réponse à RIC_Amadour :

L’inconvénient de votre proposition est que pour ce qui est de l’eau potable celle-ci irait remplir les piscines des fortunés pendant que d’autres crèveraient de soif.